Qui je suis

Raphaël De Vittoris

En charge de la gestion de crise du Groupe Michelin depuis 2013, je suis par ailleurs PhD au sein de l’école doctorale du Panthéon-Sorbonne sur le thème de la gestion de crise, de la science des organisations et de la conduite de changement.

Outre ce doctorat, je suis titulaire de trois masters (Physiologie en situation extrême ; Administration des entreprises ; Hygiène / Sécurité / Environnement) et j’ai été en charge de responsabilités HSE à l’international durant plus de 10 ans.

Je parle couramment l’anglais. Après sept années passées en Chine je parle également couramment le mandarin.

Ma mission au sein du Groupe Michelin (Crisis Manager)

Mettre en place un dispositif de gestion de crise adapté à tous types de crise, à tous les niveaux de l’entreprise (Comité Exécutif, Directions Régions, Directions Pays, Directions Lignes Business, Compétition, Usines, Centres de R&D, etc.), et basé sur des principes communs pour l’intégralité du Groupe. Dans ce contexte je suis en charge de multiples formations d’équipes de direction et de simulations de crise (en mode table-top, grandeur nature, simultané, etc.) incluant parfois des acteurs extérieurs comme l’Ecole de Guerre, le SDIS, la Sécurité Civile, la Police, la Gendarmerie, etc.

Les simulations les plus importantes réalisées impliquèrent plusieurs centaines d’employés et près de deux cents acteurs extérieurs, tous jouant leur propre rôle. Ces simulations furent réalisées sur dans plus de treize pays sur quatre continents (Amérique, Europe, Asie, Afrique).

Je suis aussi en charge de management transversal. A ce titre, j’anime un réseau de responsables régionaux du dispositif de gestion de crise. Ils sont les garants de la bonne diffusion des pratiques et de la remontée d’informations au bon niveau.

Le fruit de ma recherche scientifique (Doctorat en sciences des organisations)

Dans le cadre de mon doctorat, j’analyse dans quelle mesure le bouquet méthodologique proposé par la littérature et les experts de la gestion de crise se révèle pertinent et suffisant face à des crises multiples sous des configurations variées. Pour cela, je ne me base pas sur l’étude d’un cas de crise unique mais sur plusieurs dizaines de crises (réelles ou simulées) affrontées par les équipes de direction des entités du Groupe Michelin. Cette analyse me permet d’identifier les points organisationnels ou opérationnels qui garantissent l’antifragilité de l’organisation hors de tous postulats ou biais de représentation issus de la littérature.

En outre, j’étudie la puissance cognitive des différents leviers de d’apprentissage à utiliser dans une organisation internationale. Ceci dans le but d’identifier la méthodologie la plus adaptée afin de déployer au mieux le dispositif de gestion de crise au sein d’une organisation de grande taille.

Enfin, fort des éléments précédents et de l’analyse des caractères complexes et non proportionnels des crises, je propose les principes d’une organisation antifragile capable de survivre à tout type de turbulence majeure.