Publications scientifiques

Développement de l’expérience à la gestion de crise entre les acteurs civils et privés : Retour d’expérience de la simulation de crise du site Michelin d’Olsztyn (Pologne)

Colloque de l’AIRMAP (Association Internationale de Recherche en Management Public) – Biarritz – juin 2018

Les crises industrielles sont un théâtre tout à fait révélateur des interrelations entres acteurs civils et privés. Ces situations peuvent être considérées comme des opportunités d’apprentissage organisationnel pour un corpus ad hoc composé des acteurs civils et des équipes de l’entreprise impactée et dont la gouvernance est, par conséquent, plurielle. L’analyse de la qualité de la coopération entre les cellules et des décisions et actions prises lors de situations réalistes jouées en temps réel par les véritables acteurs peuvent compléter, par leur qualité de constat empirique, les facteurs théoriques des modèles permettant de considérer les organisations comme « crisis-prone » ou « crisis-prepared ». Ces exercices à échelle réelle sont en outre une voie royale pour un apprentissage par l’expérience, où l’itération essai-erreur-correction difficile à mettre en place en entreprise, devient alors un levier pédagogique majeur du fait qu’il soit le seul à créer concrètement de l’expérience. C’est dans ce contexte qu’une simulation de crise industrielle grandeur nature a été mise au point, animée et analysée auprès de l’usine Michelin de la ville d’Olsztyn (Pologne) et des services d’intervention de la ville.

Evolution of the crisis management system in Michelin North-America

Crises are usually considered through the optic of the consequences they produce (and thus their severity), or the nature of the events leading up to a crisogneic situation. Few studies underline the complex nature of crises which can be seen as a combination of non-linear dynamics impacting upon a complex organization and generating uncertainty and turbulence. Such consideration of the nature of crises leads us to propose a conception of resilience based on adaptation to this complex nature. The Michelin North American Region, one of the most critical regions of the Michelin Group in terms of business, industrial and R&D implementation, and the number of employees, has to be as resilient as possible, in a complexity-oriented vision of crises, in order to be ready to face all potential expected and unexpected crises. In a company currently implementing the most important reorganization of its history, this critical region of the Michelin Group is at the cutting edge of Michelin’s new crisis management organization.

TEMPORALITE DES CRISES : BESOINS D’ECHANGES ENTRE PRATICIENS ET CHERCHEURS

Depuis les catastrophes des années 1970 et 1980, l’actualité nous a amené à considérer les crises potentielles comme un élément constitutif de notre environnement. Si ces évènements nous ont dépeints ces situations comme possibles, les crises des années 2000 et 2010 nous ont révélé qu’elles étaient bien plus probables que nous l’envisagions. Il apparaît que leur magnitude et leur complexité impactaient désormais des écosystèmes complets d’organisations à la fois publiques (voire étatiques) et privées.

Les études scientifiques nous ont apporté une vision de la crise, de sa genèse à sa fin, qui pourrait se traduire par un modèle de développement, que nous qualifierons de « linéaire » dans le présent article, composé de phases consécutives (pré-crise avec signaux faibles, crise avec montée puis diminution de l’intensité, post-crise avec la gestion de la continuité et reprise d’activité).

Adeptes de l’approche dite « complexe » de la crise, nous considérons que les crises sont le produit d’une turbulence, traduite par une dynamique non-linéaire, et donc non-prédictible car non proportionnelle, impactant un système complexe (une organisation) ou multi-complexe (un écosystème d’organisations). La définition que nous proposons ici, s’adapte parfaitement aux crises rencontrées par les grands groupes, et amène à considérer leur temporalité de manière moins linéaire. Le premier aspect de cette non linéarité de la temporalité est incarné par ce qui est couramment appelé « signal faible ». Par consensus, il est admis que les crises se caractérisent par la présence de signaux avant-coureurs qui, s’ils sont captés assez tôt, peuvent permettre un niveau de réaction susceptible de résoudre la situation avant qu’elle ne devienne incontrôlable. Nous challengeons ce postulat pour trois raisons